En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour assurer le bon fonctionnement de nos services.
En savoir plus

Actualités...

Visite guidée de l'église de Lacabarède pour la classe de 3e A le vendredi 25 mai

Par MICHEL DUREL, publié le samedi 26 mai 2018 16:49 - Mis à jour le samedi 26 mai 2018 18:41
20180525_155841.jpg
La classe de 3e A a assisté vendredi 25 à une visite guidée de l'église de Lacabarède qui abrite des fresques néo-byzantines peintes par Nicolaï Greschny.

Vendredi 25 mai, la classe de 3e A est partie en autocar jusqu'à Lacabarède, où les attendaient devant l'église leur guide, Magdaleina Serey et Michel Faure, président de l'association "Mémoire et Patrimoine" qui a facilité cette visite.

Les élèves ont pu découvrir une oeuvre étonnante du patrimoine local : Nicolaï Greschny, dont le parcours de vie est un roman, a en effet entièrement peint à fresque le choeur et le baptistère de l'église.

Comme l'a rappelé Magdaleina Serey, Nicolas Greschny, artiste d'origine russe, descendant d'une très ancienne famille de peintres d'icônes, né à Tallinn en Estonie, a fui la guerre civile russe. Réfugié en Allemagne, il entre très rapidement en résistance contre le nazisme dès les années 30. Traqué par les nazis, il finit par gagner la France où il est interné dans un camp près de Perpignan. Dans les années 40, il trouve refuge à Albi où il continue de mener des actions de résistance en venant en aide à des familles juives.

Après la guerre, il peut enfin exercer librement ses talents de peintres et orne une centaine d'églises dans la région, dont l'église de Lacabarède. Décédé en 1985, son fils Micha qu'il a formé aux techniques de l'icône et de la fresque poursuit aujourd'hui la tradition familiale.

La fresque du choeur de l'église de Lacabarède qui date de 1961 et celle du baptistère réalisée un an plus tard conservent une fraîcheur chromatique remarquable.

Les élèves, durant l'heure qu'aura duré la visite, se sont initiés à la richesse du langage symbolique de l'iconographie byzantine, relativement mystérieuse, aux yeux des occidentaux. 

Cette visite aura permis aux élèves d'aiguiser leur regard : ils ont en effet découvert qu'apprendre à voir une oeuvre d'art demande une attention soutenue et oblige à ne négliger aucun détail. Cette expérience se révèle à la fois enrichissante et indispensable à leur formation et à leur parcours de vie, où nos yeux sont en permanence saturés d'images à analyser avec la plus grande circonspection.

 

 

 

 

 

Commentaires

Aucun commentaire